Bloquer une cheville

Plus d'informations
il y a 8 ans 7 mois #1177 par accordeur
accordeur a répondu au sujet : Bloquer une cheville
la franchement je ne le ferais pas
c est peut etre afficace mais je pense pas sur le long terme mais si ca depanne tant mieux

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 8 ans 7 mois #1195 par Remi Combz
Remi Combz a répondu au sujet : Bloquer une cheville
il faut rentrer la toile avant et mettre la cheville après.
ca dépanne a merveille mais effectivement ce n'est pas une solution de long terme, c'est du dépannage durable. (on ne vas tout de même pas recheviller comme ça non ?)

restaurateur et accordeur de piano. filage de corde sur différents types d aciers. vernis aux tampon noir .
www.piano-solo.fr tel: 01 43 08 13 58

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 8 ans 7 mois #1212 par accordeur
accordeur a répondu au sujet : Bloquer une cheville
je men doute bien qui l faut mettre le papier de verre avant mais maintenant il va ceeratainement se cedhirer avant d avoir completemeny enfouce la xheville excuser il fait sombre ce soir sur mon clavier

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 8 ans 2 mois #1957 par AlainT
AlainT a répondu au sujet : Bloquer une cheville
Je ne sais pas si ce sujet est toujours actif, mais, bon!
Question idiote: autant que j'ai compris, les chevilles sont enfoncées à force (pauvres bêtes...) dans la pièce en bois dont je n'ai pas retenu le nom. Elles tiennent principalement du fait de la tension de la corde qui doit les empêcher de tourner (le supplice de base...).
Sauf que, au fil des accordages, jeu il doit y avoir... Pour moi c'est condamné. A terme, le bloc en bois (dont j'ai la flemme de chercher le nom) et les chevilels sont condammnées à être remplacées.
Vrai ou faux?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 8 ans 2 mois #1959 par fabrice
fabrice a répondu au sujet : Bloquer une cheville
la pièce de bois dont tu parles, c'est le sommier.

Les avis sont bien partagés sur cette histoire de papier de verre...
Sinon il existe aussi un produit liquide (dont je ne sais plus le nom)...

Un sommier ne se remplace quasiment jamais, c'est une des pièces maitresse, en général lorsqu'il est mort, il faut tout refaire, c'est un gros gros boulot...
Sauf piano de prestige.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 7 ans 11 mois #2368 par Ma que !
Ma que ! a répondu au sujet : Bloquer une cheville

AlainT écrit: Je ne sais pas si ce sujet est toujours actif, mais, bon!
Question idiote: autant que j'ai compris, les chevilles sont enfoncées à force (pauvres bêtes...) dans la pièce en bois dont je n'ai pas retenu le nom. Elles tiennent principalement du fait de la tension de la corde qui doit les empêcher de tourner (le supplice de base...).
Sauf que, au fil des accordages, jeu il doit y avoir... Pour moi c'est condamné. A terme, le bloc en bois (dont j'ai la flemme de chercher le nom) et les chevilels sont condammnées à être remplacées.
Vrai ou faux?

Les chevilles tiennent "à frottement dur" la fraction de la corde aide a tenir en place la cheville qui se vrille (de façon infime mais ça joue) dans son logement.

Il y a a au delà des coudes qui définissent la longueur sonore et qui génèrent de la friction, de l'adhésion sous la corde ce qui aide a amortir les "coups de fouet" venant de la corde et a laisser bien en place le calage.

Quand on accorde on prend soin de ne pas forcer inutilement sur le sommier il y a risque de l'ovaliser, on apprend a sentir ce qui se passe et on imagine la partie la plus sollicitée du logement de la cheville, qu on essaye de préserver des frottements durs le plus possible (surtout sur un vieux sommier).

Avec le temps la cheville perd de l'adhésion dans le sommier, le bois s'use, rétracte sans doute, perd de l'élasticité surtout. On peut monter des cheville plus fortes c'est le plus souvent suffisant. dans les mauvais cas la toute nouvelle tenue d'accord avec les chevilles fortes baisse au bout de quelques années.
SI l'accordeur a été compétent et le piano suffisamment accordé pendant ce temps le piano tiendra tout de même l'accord convenablement.

Le sommier est plus facile a remplacer sur certains pianos à queue (sommier vissé sous le cadre) sur d'autre il est partie intégrante du meuble , acoustiquement c'est un plus car il renvoie alors plus de vibrations venant des cordes, le son rayonne plus.

La façon de caler l'accord rend le sommier plus ou moins "sonore" (les collègues vont rire !) la plus grande rigidité des chevilles obtenue par un bon "calage" bien profond augmente la longueur sonore et rend le son plus pur. Les pianos modernes ont souvent de petites bagues en bois qui soutiennent les chevilles la ou elles passent a travers le cadre mais certaines des plus grandes marques n'en utilisent pas (la cheville est alors moins soutenue, le bras de levier est plus grand , l'accordeur doit être plus expérimenté)

Ces pianos sans bagues (les "tourillons de cadre") sont tout ce qu'il y a de plus traditionnels avec une conception qui intègre le meuble (barrage en bois sous le piano, ceinture, plateau sous le clavier) , dans la structure harmonique, les parties sonores du piano, a l'opposé du concept moderne dépouillé ou seule la table d'harmonie à de l'importance et ou tout le filtrage réalisé par les éléments du meuble ne sont pas souhaitables, d'ou des pianos au son plus pur par certains aspects mais manquant de naturel pour d'autres (les qualité de certains bons pianos comprenant nombre de "défauts" acoustiques, bien agréables a l'oreille (son un peu "en tonneau", très arrondi et rendu chaleureux par les parties "mortes de l'instrument").
Je pense aussi que la qualité du rayonnement global de l'instrument (meuble y compris) joue sur la projection du son, et rend l'instrument plus vivant donc plus contrôlable, sous les doigts.


Les assemblages de matériaux composites souvent utilisés de nos jours pour les meubles vibrent de façon médiocre et expliquent bien l'attrait pour les instruments anciens.

Une certaine contrainte interne est présente dans l'instrument ,pas seulement au niveua table d'harmonie et cadre en fonte. et participe a l'acuité du son. Elle tend a se stabiliser, avolue avec l'age des bois, mais est aussi entretenue par la tension des cordes. Ceci doit être pris en compte dans la conception probablement (on parle de "circuit acoustique" se dont se gaussent certains techniciens américains car c'est le discours Steinway, dans la pratique tout le monde copie ce qu'il a compris des recettes de cette marque (en laissant de coté plus ou moins de choses volontairement ou pas).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.463 secondes
Propulsé par Kunena