Bloquer une cheville

Plus d'informations
il y a 10 ans 1 semaine #2483 par Kridge
Réponse de Kridge sur le sujet Bloquer une cheville
Ma que ! écrit:

AlainT écrit: Je ne sais pas si ce sujet est toujours actif, mais, bon!
Question idiote: autant que j'ai compris, les chevilles sont enfoncées à force (pauvres bêtes...) dans la pièce en bois dont je n'ai pas retenu le nom. Elles tiennent principalement du fait de la tension de la corde qui doit les empêcher de tourner (le supplice de base...).
Sauf que, au fil des accordages, jeu il doit y avoir... Pour moi c'est condamné. A terme, le bloc en bois (dont j'ai la flemme de chercher le nom) et les chevilels sont condammnées à être remplacées.
Vrai ou faux?

Les chevilles tiennent "à frottement dur" la fraction de la corde aide a tenir en place la cheville qui se vrille (de façon infime mais ça joue) dans son logement.

Il y a a au delà des coudes qui définissent la longueur sonore et qui génèrent de la friction, de l'adhésion sous la corde ce qui aide a amortir les "coups de fouet" venant de la corde et a laisser bien en place le calage.

Quand on accorde on prend soin de ne pas forcer inutilement sur le sommier il y a risque de l'ovaliser, on apprend a sentir ce qui se passe et on imagine la partie la plus sollicitée du logement de la cheville, qu on essaye de préserver des frottements durs le plus possible (surtout sur un vieux sommier).

Avec le temps la cheville perd de l'adhésion dans le sommier, le bois s'use, rétracte sans doute, perd de l'élasticité surtout. On peut monter des cheville plus fortes c'est le plus souvent suffisant. dans les mauvais cas la toute nouvelle tenue d'accord avec les chevilles fortes baisse au bout de quelques années.
SI l'accordeur a été compétent et le piano suffisamment accordé pendant ce temps le piano tiendra tout de même l'accord convenablement.

Le sommier est plus facile a remplacer sur certains pianos à queue (sommier vissé sous le cadre) sur d'autre il est partie intégrante du meuble , acoustiquement c'est un plus car il renvoie alors plus de vibrations venant des cordes, le son rayonne plus.

La façon de caler l'accord rend le sommier plus ou moins "sonore" (les collègues vont rire !) la plus grande rigidité des chevilles obtenue par un bon "calage" bien profond augmente la longueur sonore et rend le son plus pur. Les pianos modernes ont souvent de petites bagues en bois qui soutiennent les chevilles la ou elles passent a travers le cadre mais certaines des plus grandes marques n'en utilisent pas (la cheville est alors moins soutenue, le bras de levier est plus grand , l'accordeur doit être plus expérimenté)

Ces pianos sans bagues (les "tourillons de cadre") sont tout ce qu'il y a de plus traditionnels avec une conception qui intègre le meuble (barrage en bois sous le piano, ceinture, plateau sous le clavier) , dans la structure harmonique, les parties sonores du piano, a l'opposé du concept moderne dépouillé ou seule la table d'harmonie à de l'importance et ou tout le filtrage réalisé par les éléments du meuble ne sont pas souhaitables, d'ou des pianos au son plus pur par certains aspects mais manquant de naturel pour d'autres (les qualité de certains bons pianos comprenant nombre de "défauts" acoustiques, bien agréables a l'oreille (son un peu "en tonneau", très arrondi et rendu chaleureux par les parties "mortes de l'instrument").
Je pense aussi que la qualité du rayonnement global de l'instrument (meuble y compris) joue sur la projection du son, et rend l'instrument plus vivant donc plus contrôlable, sous les doigts.


Les assemblages de matériaux composites souvent utilisés de nos jours pour les meubles vibrent de façon médiocre et expliquent bien l'attrait pour les instruments anciens.

Une certaine contrainte interne est présente dans l'instrument ,pas seulement au niveua table d'harmonie et cadre en fonte. et participe a l'acuité du son. Elle tend a se stabiliser, avolue avec l'age des bois, mais est aussi entretenue par la tension des cordes. Ceci doit être pris en compte dans la conception probablement (on parle de "circuit acoustique" se dont se gaussent certains techniciens américains car c'est le discours Steinway, dans la pratique tout le monde copie ce qu'il a compris des recettes de cette marque (en laissant de coté plus ou moins de choses volontairement ou pas).


Je ne suis pas expert mais...

Le role du sommier n'est pas musical, il est mécanique. Les vibrations de la frappe des marteaux sont transmises par les chevalets à la table...

Du coup, je ne comprends pas le passage sur la façon de caler l'accord ???

ERARD un jour, ERARD pour toujours...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 ans 1 semaine - il y a 10 ans 1 semaine #2509 par Xavier Bontemps
Réponse de Xavier Bontemps sur le sujet Bloquer une cheville
Oui, le rôle du sommier est avant tout mécanique, mais il a tout de même une influence sonore.
Cependant, "caler l'accord" signifie que l'accord doit tenir le coup, et l'instrument ne doit pas se désaccorder au bout de quinze jours. Pour cela, il faut prendre garde à ce que la cheville ne soit pas "tordue" au moment de l'accord, et que les tensions entre les différentes parties de la corde soient égalisées.
Les différentes parties de la cordes sont (pour faire simple) :
- la longueur entre la cheville et le sillet (ou l'agrafe),
- la longueur vibrante, entre le sillet et le chevalet,
- la longeur entre le chevalet et la pointe d'accroche.
Lorsqu'on accorde, on n'entend que la longueur vibrante, mais il ne suffit pas d'accorder juste, il faut aussi égaliser la tension entre toutes les longueurs. Le moyen, c'est de frapper fort lorsqu'on accorde. C'est pourquoi, chez moi, je n'accorde pas lorsque ma femme est là. lol.

Xavier Bontemps
www.auclavier-bientempere.fr
restaurateur de pianos
Dernière édition: il y a 10 ans 1 semaine par Xavier Bontemps.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 ans 1 semaine #2512 par Kridge
Réponse de Kridge sur le sujet Bloquer une cheville
Xavier Bontemps écrit:

Oui, le rôle du sommier est avant tout mécanique, mais il a tout de même une influence sonore.
Cependant, "caler l'accord" signifie que l'accord doit tenir le coup, et l'instrument ne doit pas se désaccorder au bout de quinze jours. Pour cela, il faut prendre garde à ce que la cheville ne soit pas "tordue" au moment de l'accord, et que les tensions entre les différentes parties de la corde soient égalisées.
Les différentes parties de la cordes sont (pour faire simple) :
- la longueur entre la cheville et le sillet (ou l'agrafe),
- la longueur vibrante, entre le sillet et le chevalet,
- la longeur entre le chevalet et la pointe d'accroche.
Lorsqu'on accorde, on n'entend que la longueur vibrante, mais il ne suffit pas d'accorder juste, il faut aussi égaliser la tension entre toutes les longueurs. Le moyen, c'est de frapper fort lorsqu'on accorde. C'est pourquoi, chez moi, je n'accorde pas lorsque ma femme est là. lol.


Merci pour cette explication xavier. Comment sais-tu si la cheville est tordu ? C'est un feeling ? de l'expérience ? ou il faut avoir un peu de chance ??

ERARD un jour, ERARD pour toujours...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 ans 1 semaine #2517 par Xavier Bontemps
Réponse de Xavier Bontemps sur le sujet Bloquer une cheville
Non, on la sent avec l'expérience (à partir de 2-3 ans de pratique intensive, pour vous encourager). Mais il faut prendre garde à ne pas la tordre même si on ne le sent pas.

Xavier Bontemps
www.auclavier-bientempere.fr
restaurateur de pianos

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 ans 1 semaine #2553 par Anon
Réponse de Anon sur le sujet Bloquer une cheville
Ah, je sens la querelle d'experts !!!

Il m'a fallu 15 ans pour apprdrendre quon peut caler la cheviolle defaçon acontrer la tension dela corde par sa torsion , comme un e sorte de noeud. Bcp d'accordeurs concetr font ça, ce qui donne une garantie en cas de coup dur la note a tendance aremonter plutot que descendre.

Ca se teste a la pression :
70 % de pression pour réussir adescendre la note, 30 % seulement pour la monter .

Bref, 15 ans plus tard j'ai appris que faire descendre plus loin dans le sommier cette contrainte, rend la cheville plus rigide (se sent dans la clé, facile a comparer) ce qui rend le son plus incisif et plus pur.


Ce qu'on dit des chevilles mise au neutre vient beaucoup du fait que le métal de la cheville demande a se stabiliser une fois quil aété vrillé dans un sens puis dans l'autre. (on ne peut tourner la cheville sans qu'elle vrille)

J'ai longtemps accordé "au neutre" et , utilsant des accordeurs électroniques sophistiqués, je ne voyais pas pourquoi après utilsation les pianos descendaient autant . (je veux dire assez pour que le diapason général change même de très peu) .

En fait chaque note jouée fort envoie un coup de fouet jusqu'a la cheville, la force est supérieure a70 Kg sur ce petit cylindre en métal tendre, alors dune façon générale, la cheville est vrillée ne seriat ce que par la tension des cordes.

Tordue, pas vraiment quoique il doit y avoir aussi un certain fléchissement infime.

Il faudrait regarder ça avec des logiciels ou appareils d'accord, ou en écoutant des tierces, un coup bien marqué fait descendre, d'ailleurs c'ets le moyen que j'emploie une fois tout en place si il faut un poil de moins...

Sinon, pour la démo "cheville vrillée profond" ou "neutre" c'est quand vous voulez...

Je vais me faire plastiquer, a donner les secrets du métier !!! heureusement il fuat 2-3 ans de ratique quotidienne pour apprendre a faire ce quil faut.. (mais une bonne compréhension générale fiat gagner bcp detemps, en fait)

la cheviolle se bloque dans le sommier comme un alpiniste dans une cheminée. (meme sur les clavecins ya de ça un peu)

Amicalement

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 ans 1 semaine #2562 par Kridge
Réponse de Kridge sur le sujet Bloquer une cheville
Je ne compte pas accorder moi même mon piano, c'est bien trop compliqué, il faut du savoir faire, des outils... sans parler des risques !

Mais il me plait de constater que chez les experts les avis peuvent légèrement diverger, c'est signe que le métier est vivant !!!!

ERARD un jour, ERARD pour toujours...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.185 secondes
Propulsé par Kunena