EasyDiscuss

Social Collaboration Tool, powerful Joomla Forum Extension
  1. Fabrice GOSSART
  2. les cordes, le sommier, les chevilles
  3. mardi 2 décembre 2008
  4.  S'abonner via e-mail
Piano : Gustin Wright (pianola non restauré pour l'instant)http://www.forum-piano.org/forum/userimages/IMG-1151.JPG
J'ai une cheville qui est trop lâche, je ne peux plus accorder mon piano.

Actuellement c'est une 6.90, dois je la remplacer par une plus grosse ? le pas juste au dessus ou encore plus gros ?
Faut il réaléser ou pas ?
Est e qu'il vaut mieux envisager le changement total ? et dans ce cas les cordes aussi (elles sont quand meme assez oxydées)
Comme le reste de la mécanique semble assez bon, et ce piano sonne tres bien cela en vaut peut etre la peine...
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
En général quand on re-cheville un piano on met des chevilles qui ont entre 3 et 4 dixièmes au dessus des anciennes chevilles, , attention cependant à ne pas avoir une cheville trop dure à tourner avec un risque de casse, si la tenue de la cheville en 6,9 est juste un peu faible, du 7,10 ou 7,15 de la même longueur peux suffire.
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
ou tu la replace en ayant fais un tour de toile émeri (pas papier de verre) gros grain autour de la partie moleté.
abrasif coté bois
marche très bien et n'empêche pas de choisir de remplacer la cheville si pas satisfaisant.
Valable pour quelques chevilles. sinon c'est que le piano est à recheviller . toujours réaléser (dans ce cas ça devrait être un alésage a 7 et utiliser des chevilles de 7,35. A peut près car on pratique un ou deux test avant un choix définitif))
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
avant il faut verifier de quel type de sommier il s agit
plaque visse cadre fonte plaine tourillone ou pas faire une phote et on vera
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
ou tu la replace en ayant fais un tour de toile émeri (pas papier de verre) gros grain autour de la partie moleté.
abrasif coté bois
marche très bien et n'empêche pas de choisir de remplacer la cheville si pas satisfaisant.
Valable pour quelques chevilles. sinon c'est que le piano est à recheviller . toujours réaléser (dans ce cas ça devrait être un alésage a 7 et utiliser des chevilles de 7,35. A peut près car on pratique un ou deux test avant un choix définitif))

J'ai deux chevilles qui sont trop libres sur le vieil Erard.

Je vais essayer ce système. Il faut prendre de l'abrasif de carrossier ou de la vraie toile émeri ? Quel grain : 40, 80, 120 ? J'ai aussi entendu parler d'un morceau de placage ? Il faut faire tout le tour complet de la cheville et sur toute la longueur ? Au montage, on met le cylindre d'abrasif dans le trou et on enfonce la cheville ou on enfonce la cheville pré-entourée de son abrasif ?

Merci beaucoup pour vôtre aide...
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
J'ai trouvé ça en relisant Jean Louchet :

"Si une cheville isolée ne tient pas l'accord, c'est que le trou du sommier s'est agrandi. Il existe maintenant des résines aliphatiques (Titebond, etc.) qui permettent de réduire le diamètre du trou. Je n'aime pas non plus remplacer une cheville isolée : que fera le réparateur lors du prochain rechevillage? Sinon, le truc du papier abrasif de bonne qualité (je recommande le TriMite, grade 600, pour carrossier!) enroulé autour d'une partie de la cheville, côté abrasif dehors, fonctionne bien et est une réparation absolument réversible. Une autre méthode très propre, durable et efficace consiste à introduire un mince copeau de bois de chêne bien sec à côté de la vieille cheville dans son trou. Evidemment si l'ovalisation est importante il faut prendre de plus grands moyens: percer, recheviller (avec une cheville en chêne, de préférence perpendiculaire au fil du bois) et repercer le trou."

Arthur Reblitz écrit dans son livre :

"insérez une cale en plaquage d'érable à côté de l'ancienne cheville, oubien enroulez au bas de la cheville un morceau de papier abrasif grain 80, côté abrasif à l'extérirur, et enfoncez la ainsi.

Que choisir ?
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
Je me suis lancé sur les chevilles de l'ERARD 46430 de 1873.

Premier essai avec un cylindre d'abrasif de carrossier dans le trou de la cheville trop lâche : résultat décevant, l'accord ne tient pas. Peut-être n'ais-je pas utilisé le bon abrasif.

Deuxième essai avec deux languettes de placage dans le trou avant d'enfoncer la cheville. résultat parfait.

J'ai fait un petit reportage photo :

Outillage nécessaire : Il faut un marqueur "tipex" blanc pour marquer le bout des chevilles à réparer, une chute de plaquage pas trop épais (0,2 à 0,3 mm maximum), une clef d'accord pour dévisser-visser la cheville, un petit tournevis et une petite pince pour sortir l'ergot, un marteau pour enfoncer la cheville, un coin pour l'accord . Pour l'anecdote, j'ai utilisé mon otoscope pour vérifier le nettoyage du trou aprés mes essais malheureux avec le papier abrasif.

http://forum-piano.org/forum/userimages/cec-017.jpg

desserrer d'un tour et demi la cheville :

http://forum-piano.org/forum/userimages/cec-005.jpg

S'aider du petit tournevis et de la petite pince pour sortir l'ergot :

http://forum-piano.org/forum/userimages/cec-006.jpg

Finir de dévisser la cheville et la déposer :

http://forum-piano.org/forum/userimages/cec-009.jpg

A la partie inférieure, introduire côte à côte deux languettes de placage de 4 à 5 mm de large jusqu'au fond du trou. Laisser dépasser, on arasera à la fin. Présenter la cheville et l'enfoncer doucement au marteau :

http://forum-piano.org/forum/userimages/cec-011.jpg

Ne pas l'enfoncer à fond, la laisser dépasser d'un centimètre des autres chevilles car elle va continuer à s'enfoncer quand on va la visser. Remettre l'enroulement de corde en place puis repasser la corde sous la pointe de chevalet :

http://forum-piano.org/forum/userimages/cec-012.jpg

Remettre l'ergot en place et visser lentement le cheville en prenant garde que l'ergot reste bien enfoncé et que les spires soient bien jointives . Accorder. Si besoin, enfoncer un peu plus la cheville pour que l'enroulement de la corde soit à 3 ou 4 mm du sommier. En voila trois de réparées...

http://forum-piano.org/forum/userimages/cec-015-1.jpg

Au début on tatonne un peu. J'ai réparé cet après-midi les quatre chevilles qui ne tenaient pas. Pour la quatrième, j'ai chronomètré 10 mn en tout pour l'opération d'une cheville.

Si vous voyez un défaut à ma méthode, je compte sur vous pour l'améliorer...
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
Cet ERARD était complètement désaccordé, avec près d'un ton de décalage...

Début janvier, on l'a remonté en trois fois. A chaque fois, quand on finissait d'un côté, ça redescendait de l'autre... Mais à chaque fois un peu moins. La troisième fois, on l'a monté à 442 et il s'est stabilisé vers 438 fin janvier où il a subi un quatrième "accord", puis encore un cinquième il y a une huitaine de jours.

Depuis, il ne semble plus bouger, même avec les coups de marteau d'aujourd'hui...

Je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas tenir l'accord :
Le barrage semble super costaud. Admettons que les variations d'hygromètrie puissent faire varier le bois et donc la tension légèrement, ça devrait rester homogène. J'ai d'ailleurs lu quelque part que ERARD mettait un noyau de barres de fer dans les bois de barrage. Mais est-ce exact ?
Pour les cordes, elles doivent être stabilisées depuis 140 ans, et je ne les imagine plus s'allonger.
Reste les chevilles. A part les quatre que j'ai "renforcées", les autres semblent bien solides, sauf peut-être deux ou trois "limite", mais maintenent ça ne me fait plus peur...

En tout cas, ma fille l'a un peu joué ce soir et le son est doux et agréable. C'est déja ça...
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
Pour les cordes, elles doivent être stabilisées depuis 140 ans, et je ne les imagine plus s'allonger.

D'un strict point de vue physique, l'alliage de métal utilisé dans les cordes conserve ses propriétés native, il va s'oxyder avec le temps et l'humidité, il va se dilater avec les variations de température et enfin il va chauffer (relatif) quand tu va lui tirer sur la couen...

Evidement la tension joue sur le cadre, le meuble... bref un instrument c'est presque vivant...

Le challenge ici c'est de trouver la bonne combinaison, la chance c'est que les Erard ont la réputation d'une qualité importante, tant sur les matériaux que sur la fabrication (j'en sais quelque chose, j'en ai un)


En tout cas, ma fille l'a un peu joué ce soir et le son est doux et agréable. C'est déja ça...

Déjà tu as fais un super travail, le piano joue et c'est ça le plus merveilleux sur un instrument de 1873, un grand bravo !!!
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
Déjà tu as fais un super travail, le piano joue et c'est ça le plus merveilleux sur un instrument de 1873, un grand bravo !!!

Et il a un succès fou...

http://forum-piano.org/forum/userimages/ombeline-fevrier-2010-007.jpg
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
Je crains que tu n'aie pas assez enfoncé tes chevilles. Garder 5mm entre sommier et cheville est très bien pour un sommier couvert tourillonné, mais pour un sommier nu ancien qui n'a pas été prévu pour ça, comme le montrent les autres cordes, tu risques de provoquer l'ovalisation des trous.
La cheville moins enfoncée porte sur une plus faible longueur du trou, et le sommier doit développer des forces plus importantes le long de ses parois pour empêcher son basculement vers l'avant. Même si la cheville est traversante, en imaginant à la place de la cheville une longue barre métallique de mêmes caractéristiques (au moins au niveau du sommier) on sent que si la corde est attachée assez loin, le bois sera arraché. C'est de cette situation que l'on s'approche en écartant la corde du sommier. Maintenant, quel est la marge de sécurité ... ?
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
Merci d'attirer mon attention sur ce point. Je peux facilement les enfoncer plus s'il le faut.

Actuellement il y a environ 3,5 mm.

J'attends l'avis des autres spécialistes avant de réintervenir et de savoir exactement la cote de l'enfoncement des chevilles sur ces pianos anciens à sommier nu.

Michel , Remi, Ma que, au secours !!!

En tout cas je suis vraiment content : on le joue depuis ces derniers jours et le son est très rond, doux et agréable. Rien à voir avec le Pleyel, mais cela devait être un parfait petit piano dans un appartement, avec la sourdine très efficace pour répèter sans gêner les voisins...
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
J'ai lu le fil initié par Lap1 parlant d'un piano similaire quoique plus ancien. Qu'est devenu cet intrument d'ailleurs ?

http://forum-piano.org/forum/viewtopic.php?id=179

Dieff, vous avez beaucoup aimé ce piano, cela m'a fait plaisir...

En agrandissant la photo de Lap1 où l'on voit les chevilles, il me semble que les cordes sont à une certaine distance du sommier. Sur mon piano les chevilles sont plus enfoncées, mais je me dis qu'elles ont du être enfoncées par un précédent accordeur qui a voulu les rafermir.

http://www.forum-piano.org/forum/userimages/Image2-1-.jpg
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
je pense que oui elles ont été renfncer pour augmenter la tenue, ces chevilles n'ont pas de pas vissant.
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
je pense que oui elles ont été renfncer pour augmenter la tenue, ces chevilles n'ont pas de pas vissant.

A l'origine, quelle était la distance entre la dernière spire de la corde et le sommier ?
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
Un autre trouvé sur leboncoin où l'on voit que les chevilles ne sont pas enfoncées complètement; mais il n'y a que deux spires contre six sur le mien, ce qui fait qu'elles sont plus enfoncées quand même. A moins qu'elles ne soient plus courtes ????

http://forum-piano.org/forum/userimages/3656853519-1-.jpg
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
http://www.forum-piano.org/forum/userimages/d9bd-3.JPG
Voilà un autre bout de sommier Erard de 1884 que j'avais en stock.

J'ai l'impression d'avoir ouvert la boite de Pandore. Celui ci a peu de spires, proches du sommier. Je n'avais jamais remarqué des cordages avec si peu de spires. Mon impression personnelle était qu'il devrait y avoir la valeur de une a trois spires entre le sommier et la corde, et que l'enroulement comptait environ cinq spires. Serais-ce les conséquences d'un recordage ?

Je n'ai qu'un seul mince espoir : trouver l'information dans le livre de Montal : L'art d'accorder soi même son piano édition de 1836, mis en ligne par Google. mais c'est un pavé de 280 pages en images PDF , donc sans possibilité de recherches.
EDIT : Raté : l'ouvrage est trop ancien !

Je me joins à Kridje pour dire que tu as fait un super travail.
Pour la tenue d'accord, je pense que tu n'as pas lieu d'être inquiet. Il suivra les variations d'hygrométrie, CAD retour au diapason quand la température et l'humidité sont celles où il a été accordé - J'ai vu faire.

Et ça me fait bien plaisir qu'on s'intéresse à ces vieux piano droits. Ils étaient beaucoup plus "lumineux" que les cordes croisées du début de 20e siècle, avec des basses plus discrètes, mais un médium et un aigu chantants et sans problèmes. Par contre, si l'on a besoin de volume sonore..
Le tout premier piano que j'aie vu jouer, en 1957, était un Montal déja centenaire ( et c'était le Coucou de Daquin ). J'ai eu pour mon entrée en sixième un vieux Dieffenbacher (à lames) qui , au vu de son état, avait attendu l'évènement pendant au moins 60 ans dans une confortable paresse.

Ceci étant Mr Condette a raison de rappeler que ce sont des instruments fragiles, en particulier du côté des manches en cèdre des marteaux. Le Montal a été ravagé vers 1970 par un ptit bout de choux, et mon Dieff a eu aussi une ou deux faiblesses de cet ordre.
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
A défaut de renseignement prècis sur la distance à respecter entre la dernière spire de la corde et le sommier, je pense renfoncer un peu les trois chevilles réparées en laissant une cote de 2 mm.
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
sinon il y a le tourillon on fait un trous plus gros juste sur 12 ou 13 mm on met le tourillon on le perce et on remet la cheville
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
Les tourillons, cela s'achète tout fait ou il faut les fabriquer ?

Longueur 12 à 13 mm, mais quel est leur diamètre ? En quel bois ? On les colle ?
Réponse acceptée En attente de modération
0
Votes
Annuler
C'est fait : j'ai enfoncé un peu les chevilles réparées le mois dernier en mettant une cale de 2mm contre le sommier et en enfonçant jusqu'à ce que la première spire touche la cale. Avant d'enfoncer il faut dévisser d'un demi tour la cheville pour qu'elle ne soit pas sous tension.

Avant :

http://www.forum-piano.org/forum/userimages/cec-015-2.jpg

Après :

http://forum-piano.org/forum/userimages/pleyel-002-1.jpg
  • Page :
  • 1
  • 2


Il n’y a encore aucune réponse faite pour cette discussion.
Cependant, vous n'êtes pas autorisé à répondre à ce message.