tribologie de la mécanique d'un piano

Plus d'informations
il y a 9 ans 7 mois #734 par Ma que !
Ma que ! a répondu au sujet : tribologie de la mécanique d'un piano

olivier écrit: Si j’ai bien compris, plusieurs écoles existent : les crayons de graphite pour Renner (mais alors ils vendent un produit qui pourrait dégrader, à terme, leurs propres mécaniques si usage abusif sur les peaux ?), le téflon pour Steinway, ou le talc. Celui pour les fesses de bébé fait l’affaire ?

Et donc graphite pour des contacts bois – bois ou bois-métal : à la rigueur (même des crayons tout bêtes) mais PAS SUR LES PEAUX

Du talc en plusieurs passes ou du téflon dans tous les cas - évidemment sans en flanquer partout comme un bourrin.

Euh… le talc ça n’augmente pas l’usure ?

Avez-vous observé des améliorations notables dans la qualité du toucher après avoir traité ainsi la mécanique ?

Non, pas encore tout a fait compris !
Sur la majorité des mécaniques les hauts des chevalets (piano a queue) les extremités des batons d'échappement, sont imprégnés avec du graphite poli (polissage a la mine de plomb " disaient les anciens). on peu nettoyer l'ancien et remettre du graphite a ces endroits a condition de faire proprement. On trouve de très boins crayons graphite chez Renner, sinon le graphite est vendu liquide mais c'est alors un mélange de poudre, avec de l'alcool et de la gomme arabique, ça ne tient pas toujours bien.


Parfois il ya plutot un enduit au Teflon (bleu, gris,, vert) ou meme parfois rien de visible, mais le bois a été soigneusement poli et je soupçonne qu'il a été passé a qq chose tt de même .

En gros il faut chercher a éviter que le graphite migre de la pièce en bois sur les peaux lui faisant face, tout en améliorant la lubrification si besoin, donc on impregne les peaux avec du talc (pur, pas parfumé et mélangé avec d'autres produits) , ou avec du Téflon micronisé très fin, pas évident a trouver.


Certains accordeurs emploient du graphite en baton sur les peaux des rouleaux de piano a queue, pensant améliorer le toucher (c'est considéré comme une réparation, j'ia même vu ça écrit noir sur blanc sur un devis d'une grosse maison" qui avait changé les cordes d'un piano de 30 ans sans mettre des chevilles neuves, d'où une tenue d'accord défaillante qq années après).

Tu as raison, il y a beaucoup de friction, mais il faut saisir que une partie de cette friction est nécessaire car elle maintient les pièces en contact, tout en renvoyant des informations tactiles au doigt.
La mécanique est aussi un accumulateur d'énergie, trop de glissement peul la rendre moins maniable (trop légère). LA remarque vaut aussi pour des lubrifications poussées par exemple au Teflon en bombe, et il est moins facile de nettoyer dans ce cas.

Bref, chaque lubrifiant a ses usages et son utilité.

Le graphite, par exemple, est employé par Renner sur ses draps de pivotage (pure laine) . Ils prétendent que ça a une influence favorable tant pour leur procédé d'ajustement des axes que par la suite pour les réactions l'hygrométrie. Cette idée est fortement contestée aux USA, mais les pièces Renner, sauf contre ordre de l'usine (le réparateur peut toujours demander mais ça risque de rallonger le délai !),ont les draps des centres graphités.
Mais même Renner a finit pas admettre l'emploi de lubrifiant sec au Teflon pour traiter un pivot UN PEU paresseux (+2 grammes maxi)
Les pièces Steinway de N.Y. USA sont trempées dans le teflon au niveau des axes, ils aiment bien les produits modernes la bas, pourtant on n'a pas encore le recul pour dire ce qu'il en sera dans 20 ans (ils avaient aussi employé des bagues en Teflon pour remplacer les draps, sans réaliser que le bois autour allait travailler mais pas le téflon, d'ou dessertissage, bruits, etc, faut le faire !




)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 9 ans 7 mois #738 par Ma que !
Ma que ! a répondu au sujet : tribologie de la mécanique d'un piano
J'ai écouté les extraits , on entend clairement que l'un des pianos est déréglé, la synchronisation entre la touche et le marteau ne se fiat pas d'ou un jeu plus dur que ce qu'il devrait.
http://musique.fnac.com/a1572207/Franz-Liszt-Pieces-tardives-CD-album#ecoutes

Dommage, sous pretexte d'authenticité je crois que ça passe un peu a coté. J'ai eu la chance d'entendre quelques Erards dans leur jus qui étaient magnifiques, le toucher en est un peu rebondissant mais le son est doux avec des possibilités de nuances bien marquées. La transparait une violence qui n'est pas naturelle a l'instrument.

Il y a un tel rapport entre le réglage et le timbre même de l'instrument que fausser ce paramètre rabaisse le niveau de musicalité dans une proportion non négligeable.

A noter qu'aucun de ces pianos n'est ce qu'on appelle un "piano forte" mais il s'agit bien déja de pianos "modernes"

Le dernier doit etre celui monté en cordes en Inox de Juan Mas Cabre, qui ne permettent pas de jouer fort (le son doux est sympa mais il n'y a pas assez de dynamique, le métal, trop tendre, absorbe l'énergie trop vite au lieu de la préserver, d'ou ce coté explosif avec un sustain qui retombe rapidement)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 9 ans 6 mois #752 par olivier
olivier a répondu au sujet : tribologie de la mécanique d'un piano
Effectivement, on comprend mieux au démontage. Je me suis fait un petit plaisir le dernier WE : étudier, démontées les mécaniques de mon Erard et du Finger. Malgré son siècle, je trouve la mécanique Erard bien pensée, notamment parce que le réglage de l’échappement est très accessible. Cela est rendu possible par une pièce d’échappement évidée.

Pour les tribulations de la tribologie, sur le Erard, on ne voit plus rien, mais sur le Finger, il est clair (ou sombre !) que certaines parties en contact de la pièce en bois de l’échappement ont été poncées avec soi et couvertes de graphite pour les rendre moins rugueuses. Le graphite reste sur l’échappement, ne teinte pas le feutre du marteau (ne tombe pas en pluie dans tout le mécanisme en mettant de la poussière partout pour anticiper certaines mises en garde), il donne juste un aspect plus lisse au bois.

Reste que cette mécanique (20 ans, conservation « normale » en pièce raisonnablement chauffée, dernier accord il peu y avoir 15 ans, jouée par des débutants pendant 4 ans) est un peu dure et qu’on sent un effet « feutre ». Les marteaux échappent vers 5 mm des cordes et la consistance est un peu spongieuse (ou feutrée). A tout prendre, je préfère le feeling des touches du Erard (du moins celles qui marchent bien) : le contact est plus franc. Dans le Finger, les pièces mobiles sont plus petites : 10 cm pour les marteaux (contre 12 pour Erard) et un échappement plus court aussi ce qui, proportionnellement affecte plus de course de la touche au mouvement de pivotement de l’échappement chez Finger que chez Erard où une grande partie de l’enfoncement sert la poussée avec un échappement rapide.

Je reprends au vol l’histoire de Raphael sur la course des marteaux : il me semblerait logique que plus la cours est longue et l’échappement proche de la corde (sans la toucher bien sûr), plus il est possible d’accompagner le mouvement et plus on puisse obtenir de nuances (piano plus facile et forte disposant de plus de puissance). Je ne vois a priori d’intérêt à éloigner l’échappement que pour protéger une mécanique manquant de constance… mais tout cela n’est que spéculatif : je ne me fonde sur aucune connaissance établie.

Reste donc la question, comment rendre plus fluide une mécanique ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 9 ans 3 mois #958 par accordeur
accordeur a répondu au sujet : tribologie de la mécanique d'un piano
mais que st ce que vous avez tous il parle d' un petit ddr ex allemagne de l' est et vous de piano a queue avec double echappements
les ddr leipzig en general vendu sous fuchs et mohr zimmermann eisenberg geyer
ont des mecaniques pianic avec beaucoup de plastic baton echappement fourche marteau et etouffoir et chevalet
avec de tous petit clavier tres court donc beaucoup d angles dans le touches et un gros portaaux sur les mortaises et des marteaux tres court alors vous critiquez
les pros qui veulent pas " perdre de temps sur de cadre bois " mais le temps c est de l argent par contre vous connaissez pas inslip c est de graphite liquide qui se pose tres rapidement au pinceau sans demonter la mecanique et en plus c est tres propre

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.563 secondes
Propulsé par Kunena